Non à l’artificialisation du littoral héraultais !

Empêchons les promoteurs de détruire le littoral de l'Hérault !

Je signe !

#TOUCHEPASMONLITTORAL

Ça se passe chez moi, chez nous: l’artificialisation du littoral ! A Valras-plage, à Agde, à Vias et à Marseillan, sur la majorité de nos communes littorales, les monstres de béton émergent. Vous les voyez vous aussi ?  L’artificialisation du littoral perturbe la biodiversité, détruit les espaces et paysages, accentue les submersions marines et risques d’inondations… L’artificialisation du littoral est un fléau que nous ne pouvons plus cautionner !!!

Nous demandons une concertation régulière et l’instauration d’un véritable dialogue sur les enjeux environnementaux avec les habitants des communes du littoral concernant l’aménagement de leur commune.

Et nous demandons, par dessous tout, une urbanisation durable et respectueuse de l’environnement et de notre littoral.

Je suis en colère !!

L’urbanisation de masse, la bétonisation, l’artificialisation du littoral sont des facteurs d’accélération de l’érosion de nos côtes. Ils mettent en péril les espaces naturels, la biodiversité qui sont aussi nos espaces de loisirs, de vacances, de repos et de découvertes.

Je suis Eloïse Faure, responsable de l’antenne bénévole de Surfrider dans l’Hérault et vais à la plage de Valras depuis toute petite.

Je me souviens avoir passé des heures sur les jeux sur la plage: de la tyrolienne et du bateau en bois proche de la promenade.

Je me souviens et je vois encore les parents pousser leurs enfants sur le tourniquet et les enfants rire au éclats.

Je me souviens de ces belles balades le long de la plage.

Je me souviens avoir construit des cabanes en bois après les tempêtes sur la plage .

Je me souviens des promenades le long de la digue jusqu’au phare de chenal qui sépare Valras et Sérignan.

Je me souviens des rendez-vous avec mes amis sur la plage après les cours, ou le samedi avec la famille.

Je me souviens du choix à faire, où s’installer? Côté casino? A droite ou à gauche du poste de secours central? Où à côté de la paillote Rose des sables?

Je me souviens aller surfer sur la plage du casino pendant un coup de mer.

Je me souviens voir les sauveteurs monter leur drapeau de surveillance à 11h.

Bientôt cette plage qui a accueilli et permis tous ces beaux moments ne sera plus qu’un souvenir elle aussi. Car bientôt la mer aura tout englouti et le béton tout détruit! Valras-plage est une des victimes de l’artificialisation du littoral !!

L’artificialisation des côtes est à l’origine de nombreux risques côtiers: submersions, inondations…  

Les communes du littoral subissent le phénomène de la montée des eaux. Nous avons tous pu constater le rétrécissement des plages d’année en année. Cette montée des eaux est causée par le réchauffement climatique : la fonte des glaces et l’acidification des océans. Si vous voulez en savoir plus sur ce phénomène : cliquez ici !

Le réchauffement climatique va par ailleurs, conduire à des vents plus violents, qui peuvent engendrer de fortes houles. Et croyez moi ce n’est pas le béton qui va absorber cette eau.  Ce changement climatique va aussi avoir un impact crucial sur l’érosion des côtes et particulièrement du littoral habité. En effet, l’urbanisation va venir fragiliser les sols, déjà peu solide (caractéristique hydrogéologique sableuse), ce qui va favoriser l’érosion liée à la montée des eaux et au renforcement de la puissance des  houles.

Cette pétition sera adressée aux élus et aux candidats aux prochaines élections départementales et régionales pour les inciter à instaurer une urbanisation démocratique et respectueuse de l’environnement.

Si vous aussi, vous souhaitez participer à ce changement, si vous aussi vous souhaitez vous faire entendre signez et partagez cette pétition !

Car vous êtes acteurs du changement ! Un simple partage peut réveiller la conscience de centaines de personnes ! Vous êtes citoyens, et c’est votre droit et votre devoir d’agir pour ce que vous souhaitez pour demain !

Ensemble osons faire entendre notre indignation aux élus !!! 

Valras-plage victime de l’artificialisation du littoral

Il y a quelques mois, des permis de construire ont autorisé la construction d’un complexe immobilier constitué de deux grands immeubles au bord du littoral à la place de l’ancien casino. Bâtiment , qui lors de sa construction en 1927 était splendide et qui, faute d’entretien, s’est délabré avec le temps. Alors, les représentants de la commune de Valras ont décidé qu’il fallait remplacer ce bâtiment, cette identité valrassienne, par un building de 10 étages, de 198 logements, et en total contradiction du style architectural de Valras… Un monstre blanc… Ce projet a été pensé, développé et autorisé, sans aucune concertation des habitants de Valras-plage !

J’ai été choquée d’apprendre qu’aucune mesure n’a été prise pour concerter les habitants de Valras (alors que le littoral est un patrimoine commun). Choquée de savoir qu’il fallait encore construire dans une commune du littoral dont 70% des résidences sont des résidences secondaires (source : INSEE). En d’autres termes, en hiver et la majorité de l’année, Valras est vide, les logements sont vides.

Alors pourquoi construire lorsqu’il y a de la place pour loger ? Pourquoi construire autant et dénaturer ce paysage naturel ? Pourquoi construire sur une zone qui peut être inondée ? Pourquoi construire alors qu’il n’y a pas de besoin de logement ? Pourquoi construire alors que l’eau ne cesse de monter ? Pourquoi construire alors qu’il y a des risques d’inondations et de submersions marines ? Pourquoi construire sans demander l’opinion aux habitants ?

Toutes ces questions me trottent dans la tète depuis des semaines !

Aménagement massif du littoral : quand les élus se dispensent de concertation citoyenne pour des projets d’envergure…

Absence d’étude d’impact pour un projet d’envergure au sein de la ZAC EVASION !

Le projet Archipel c’est deux bâtiments d’une emprise au sol totale d’environ 14 817 m² au sein de la ZAC “Espace Evasion” et la création d’environ 200 logements, 130 places de parking, le tout à moins de 100 mètres du littoral et à moins d’1 kilomètre d’une zone Natura 2000 ! Pour réaliser ce projet, la Commune a déposé un dossier de modification de la ZAC auprès de la DREAL OCCITANIE en 2015. Résultat : aucune évaluation environnementale n’est prescrite! Les Services de l’Etat considèrent que la zone est artificialisée, que l’impact négatif de ces mastodontes pour les riverains existe uniquement en phase travaux et que le projet est sans incidence notable sur l’environnement. Nous sommes consternés, comment un tel projet peut-il être considéré sans impact sur l’environnement et les riverains par les Service de l’Etat ?

La voix des citoyens passée sous silence ! 

Le code de l’environnement et de l’urbanisme prévoient des concertations citoyennes pour les projets ayant fait l’objet d’une enquête publique ou d’une évaluation environnementale… Les services de l’Etat n’ayant pas jugé nécessaire d’imposer une évaluation environnementale, la concertation n’est pas organisée. Mais, une question subsiste : pourquoi la Commune n’a-t-elle pas mis en œuvre, comme elle en avait la possibilité, une procédure volontaire de concertation citoyenne lui permettant de présenter le projet aux habitants et de recueillir leurs avis ? Même si la collectivité est en partie tributaire des services départementaux en matière d’évaluation environnementale, elle dispose d’une marge de manœuvre non-négligeable pour impliquer les citoyens dans l’aménagement du territoire !

Emprises de construction démesurées au titre de la densification sociale ? 

Le projet Archipel est un complexe immobilier, qui en plus des logements prévoit des parkings et des commerces, densifiant incontestablement la zone avec des pics en période estivale. Les deux bâtiments, ayant une hauteur respective de 16 mètres et 35 mètres, viennent également bouleverser l’unité d’aspect des constructions avoisinantes, mais pas seulement ! Même si la loi ALUR et la loi ELAN imposent de renforcer le principe d’une utilisation “économique” des espaces pour éviter l’étalement urbain, il est difficile de croire qu’un projet si gigantesque soit une réponse cohérente à ce principe. La loi littoral précise que les projets d’aménagement ne doivent pas constituer une densification significative de l’espace littoral en vue de sa préservation. Le projet des deux mastodontes représente selon nous une densification significative représentant un intérêt pour les élus, mais en aucun cas pour les riverains de Valras !

Atteinte au caractère du site et du paysage naturel.

Au vu des caractéristiques du projet : emprise au sol, hauteur et aspect, nous considérerons qu’il porte atteinte au caractère du site et au paysage architectural de Valras-plage.

Hélas, Valras-plage n’est pas la seule victime de l’artificialisation en Méditerranée !

Ce problème d’urbanisation irresponsable du littoral ne touche pas uniquement Valras…

Marseillan, pour mettre en place son projetle promoteur PROMO G, a lancé les travaux après avoir abattu tous les arbres pour y bâtir 40 appartements. Tandis que le promoteur PIERREVAL souhaite construire au n°11 de la même rue, 57 logements sur une parcelle de 4700 m2. Et un nouveau projet pourrait voir le jour côté pair de la rue au n°8 sur une parcelle de 1036 m2!! Le Collectif Patrimoine Marseillanais s’oppose à se projet !

Poussan, le 23 mars 2021, le conseil municipal a décidé de vendre la cave coopérative à un aménageur pour y construire une centaine de logements. À la suite de cette décision faite sans concertation, ni débat, ni réunion publique, un groupe Facebook « Cave Coopé de Poussan » et le collectif Coopé ont été créés pour freiner l’urbanisation galopante de Poussan. ‌

Comme à Vias-plage où on a dû faire reculer les camping car la mer était littéralement aux portes des mobil-homes.

Ils soutiennent et portent le projet :

  • Surfrider Foundation antenne Hérault (sur Facebook // contact : antenne34@surfrider.eu )
  • Collectif de Valras-plage, Sérignan et Vendres
  • Collectif de Sauvegarde du littoral et près-littoral de Valras-Serignan-Vendres (sur Facebook)
  • Collectif de Poussan: “Collectif Coupé de Poussan” (sur Facebook // Contact : )
  • GreenPeace Montpellier (site internet)
  • Collectif de Marseillan (sur Facebook // Contact :  )
  • Collectif “Vias Mon Village” (sur Facebook // Contact : viasmv.34@gmail.com )

SFE_herault_RGB_blue2w7mKtZmMicrosoftTeams-image (3)

Déjà 670 signataires
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Ils nous soutiennent

Johanne Defay
Championne de surf
Guillaume Nery
Champion d'apnée